DESSIN DE LA ROUE DE LA FORTUNE, Commentaires en anglais, de lLa consolation de Boèce aux poèmes chrétiens de CS Lewis (auteur de Narnia)

DESSIN DE LA ROUE DE LA FORTUNE
Commentaires en anglais, de lLa consolation de Boèce aux poèmes chrétiens de CS Lewis (auteur de Narnia).
Correspondance avec le « roi de la Grande Roue de Paris »
###
A couple of years ago I was rereading Boethius’s Consolation of Philosophy with a book group, and the subject of the Rota Fortunæ, ‘Fortune’s Wheel’, came up in our discussion. It is of course an important part of Lady Philosophy’s consolation to point out the fickleness of Fortune and how she cannot be trusted. At the end of Book II.i, she says:
Will you really try to stop the whirl of her turning wheel? Why, you are the biggest fool alive—if it once stop, it ceases to be the wheel of fortune.
So with imperious hand she turns the wheel of change
This way and that like the ebb and flow of the tide,
And pitiless tramples down those once dread kings,
Raising the lowly face of the conquered—
Only to mock him in his turn;
Careless she neither hears nor heeds the cries
Of miserable men; she laughs
At the groans that she herself has mercilessly caused.
So she sports, so she proves her power,
Showing a mighty marvel to her subjects, when
The self-same hour
Sees a man first successful, then cast down. [1]
A friend’s question prompted me to look for references to the Wheel of Fortune in a couple of places besides John Kennedy Toole’s brilliant, A Confederacy of Dunces, and one of the first I thought of was Hamlet (II.ii.481-485). It is from the speech on the death of Priam spoken, at Hamlet’s request, by the First Player:
Out, out, thou strumpet, Fortune! All you gods,
In general synod, take away her power;
Break all the spokes and fellies from her wheel,
And bowl the round nave down the hill of heaven,
As low as to the fiends! [2]
Interestingly, upon re-reading this passage from Hamlet, I recalled that C.S. Lewis quotes the phrase about the ‘strumpet Fortune’ in one of his poems, ‘A Cliché Came Out of its Cage’. There, Lewis addresses those who—
. . . worship the event,
Your goddess History (whom your fathers called the strumpet Fortune). [3]
Two passages in The Discarded Image illuminate the meaning of the poem. Speaking of Boethius’s influence on subsequent literature, Lewis writes:
With Book II [of the Consolation] we embark on that great apologia for Fortune which impressed her figure so firmly on the imagination of succeeding ages. Comments on good and bad luck and their obvious failure to correspond with good and ill desert may be expected in any period; but the medieval allusions to Fortune and her wheel are exceptional in their frequency and seriousness. The grandeur which this image takes on in the Inferno (VII, 73 sq.) is a reminder how entirely it depends on the individual genius whether a locus communis shall or shall not be what we call ‘commonplace’. And this, like a thousands inferior passages, is part of the Boethian legacy. No one who had read of Fortuna as he treats her could forget her for long. His work, here Stoical and Christian alike, in full harmony with the Book of Job and with certain Dominical sayings (Lk xiii.4; Jn ix.13), is one of the most vigorous defences ever written against the view, common to vulgar Pagans and vulgar Christians alike, which ‘comforts cruel men’ [4] by interpreting variations of human prosperity as divine rewards and punishments, or at least wishing they were. It is an enemy hard to kill; latent in what has been called ‘the Whig interpretation of history’ and rampant in the historical philosophy of Carlyle. [5]
Lewis comes back to the theme much later in the book:
Indeed, the medieval conception of Fortune tends to discourage attempts at a ‘philosophy of history’. If most events happen because Fortune is turning her wheel, ‘rejoicing in her bliss’, and giving everyone his turn, the ground is cut from under the feet of a Hegel, a Carlyle, a Spengler, a Marxist, and even a Macaulay. [6]
The quoted phrase, ‘rejoicing in her bliss’, is a translation of a phrase in the passage from Dante’s Inferno referred to above (VII.96). There, Virgil describes Fortune thusly:
Then he: ‘Ah, witless world! Behold the grand
Folly of ignorance! Make thine ear attendant
Now on my judgment of her, and understand.
He whose high wisdom’s over all transcendent
Stretched forth the Heavens, and guiding spirits supplied,
So that each part to each part shines resplendent,
Spreading the light equal on every side;
Like wise for earthly splendours He saw fit
To ordain a general minister and guide,
By whom vain wealth, as time grew ripe for it,
From race to race, from blood to blood, should pass,
Far beyond hindrance of all human wit.
Wherefore some nations minish, some amass
Great power, obedient to her subtle codes,
Which are hidden, like the snake beneath the grass.
For her your science finds no measuring-rods;
She in her realm provides, maintains, makes laws,
And judges, as do in theirs the other gods.
Her permutations never know truce nor pause;
Necessity lends her speed, so swift in fame
Men come and go, and cause succeeds to cause.
Lo! this is she that hath so curst a name
Even from those that should give praise to her—
Luck, whom men senselessly revile and blame;
But she is blissful and she does not hear;
She, with the other primal creatures, gay
Tastes her own blessedness, and turns her sphere.’ [7]

” Ta route sera rude et longue

” Ta route sera rude et longue.
Ecoute la voix des herbes, celle des arbres, des cailloux,
Apprends leur langage.
N’oublie pas de saluer les montagnes,
Les forêts et les rivières
Avant que ton pied ne se pose sur elles.
Fais-le selon ton cœur.
Qu’importe si tu ignores tout des chants et des prières,
La vie entend partout la vie.
Parle aux Esprits de la Terre avec respect,
Et sache bien qu’ils ne sont ni bons ni mauvais.
Le feu réchauffe autant qu’il brûle
Et l’eau abreuve autant qu’elle noie.
N’oublie jamais cela
Et donne aux choses vivantes ton amitié d’être vivant
Afin qu’elles te soient favorables. “
(Henri Gougaud, Paroles de Chamans)

Le passé ne veut pas s’en aller

Le passé ne veut pas s’en aller. Il revient
Sans cesse sur ses pas, reveut, reprend, retient,
Use à tout ressaisir ses ongles noirs, fait rage ;
Il gonfle son vieux flot, souffle son vieil orage,
Vomit sa vieille nuit, crie : À bas ! crie : À mort !
Pleure, tonne, tempête, éclate, hurle, mord.
L’avenir souriant lui dit : Passe, bonhomme.
L’immense renégat d’Hier, marquis, se nomme
Demain ; mai tourne bride et plante là l’hiver ;
Qu’est-ce qu’un papillon ? le déserteur du ver ;
Falstaff se range ? il est l’apostat des ribotes ;
Mes pieds, ces renégats, quittent mes vieilles bottes ;
Ah ! le doux renégat des haines, c’est l’amour.
À l’heure où, débordant d’incendie et de jour,
Splendide, il s’évada de leurs cachots funèbres,
Le soleil frémissant renia les ténèbres.
Extrait de Écrit en 1846
Hugo
Les Contemplations
Illustration : les Vendanges de naguère.

« J’ai eu l’immense privilège, le bonheur incommensurable de travailler avec vous et cette période de ma vie a été la plus enrichissante

« J’ai eu l’immense privilège, le bonheur incommensurable de travailler avec vous et cette période de ma vie a été la plus enrichissante. Nous avions en commun d’être vieille France tout en étant un peu, beaucoup, “allumés ” vous avec vos pantalons jaunes et vos bretelles rouges ou vertes, moi avec mes plumes dans les cheveux, mes fringues à la Diane Dufresne. Nous ne passions pas inaperçus, surtout vous, rue La Boétie où nous avions l’habitude de déjeuner. Vous me tutoyiez, je vous vouvoyais malgré vos injonctions répétées à le faire ; ” j’ai l’air d’un vieux con ” me disiez-vous, je n’ai jamais pu. ” Tu bouffes quoi ” et vous continuiez sur un ton guindé à l’adresse du serveur ” apportez-nous donc ce petit lapin chasseur qui fait de l’oeil à cette petite, tout comme vous d’ailleurs mais vous êtes moins doué ” j’éclatais de rire et vous continuiez ” dis-donc c’est pas un ticket que tu as, c’est une carte orange “. Je vous écoutais tout le repas, je vous aurais écouté des heures durant, c’est d’ailleurs arrivé, ” tu ne dis rien gamine “, comment aurais-je pu, j’étais fascinée, sous le charme …. je vous souriais ” Ah t’es bath toi ! “. Je sais que vous m’écoutez là, tout de suite, que vous souriez en pensant ” elle exagère mais elle se débrouille pas mal “. Mais non je n’exagère pas et je me débrouille très mal pour parler de vous, pour vous dire à quel point vous me manquez, à quel point vous allez manquer à tout le monde. Je te garde dans mon coeur Jean, tu as été et tu resteras ma plus belle amitié, »
Callie Ward raconte Jean Rochefort
9 octobre 2017

Amoureux du conte, je vous donne rendez-vous à Chiny (Belgique) les 7, 8 et 9 juillet 2017

Amoureux du conte, je vous donne rendez-vous à Chiny (Belgique) les 7, 8 et 9 juillet 2017 … Il y aura de délicieux conteurs à ce festival, et puis il y aura moi pour deux racontées durant le week-end et au Cabaret Contes des conteurs de mon atelier.
Pour des infos plus précises : http://www.conte.be/
Voyez plutôt l’affiche :
- Le cabaret d’Henri Gougaud avec Cindy Sneessens, Katicha de Halleux, Françoise Van Innis, Michel Galaret, Ria Carbonez, Souleyman Dankambary
- Nadine Walsh (Canada/ Québec)
- Stéphane Guertin (Canada/ Québec)
- Flopi (Côte d’Ivoire)
- Boubacar Ndiaye (Sénégal)
- Matthieu Epp avec Dimitar Gougov (France/ Bulgarie)
- Nicolas Stutzmann (France)
- Catherine Pierloz (Belgique)
- Valérie Bienfaisant (Belgique)
- Julie Boitte (Belgique)
- Geneviève Wendelski (Belgique)
- Sylvie Alexandre (Belgique)
- Ahmed Hafiz (Belgique/ Tunisie)
- Pascal Guéran (Belgique)

” L’Eglise s’est octroyé le copyright de la rédemption, à partir d’une main basse pure et simple sur l’image de Jésus

” L’Eglise s’est octroyé le copyright de la rédemption, à partir d’une main basse pure et simple sur l’image de Jésus. Face à elle, les courants hérétiques qui succèdent à Simon sont la contre-culture de ces premiers siècles. Ils sont l’underground du monde chrétien, et ils utilisent les méthodes créatives mêmes de l’underground : fan fictions, écriture automatique, collages, détournements à la Lautréamont, slogans Dada, cut-ups burroughsiens, humour samouraï à la Hara-Kiri (…). De même que l’underground est toujours infiniment plus vivant que l’art officiel un peu plan-plan qu’il détourne, de même l’underground hérétique est infiniment plus riche spirituellement que son overground chrétien. “
(Pacôme Thiellement, ” La victoire des sans roi “, passionnant, je recommande !)

https://ilsera

https://ilsera.com/vegane-pour-lait-nul/
Le 27 novembre 2015, je suis devenu végane du jour au lendemain.
Dans ce livre, j’essaie d’expliquer de mon mieux pourquoi et comment. J’expose mes réflexions, mes recherches et je narre quelques mini-enquêtes menées durant ma nouvelle vie d’humble apprenti végane encore secoué par sa soudaine prise de conscience.
https://ilsera.com/vegane-pour-lait-nul/
Un jour, les humains aboliront l’esclavage des non-humains, comme ils ont officiellement abandonné celui des leurs. Quelque chose de merveilleux se produira alors : pour la première fois, une espèce abandonnera volontairement son pouvoir de prédation pour être meilleure sur le plan éthique. Pour la première fois, une espèce dominante fera ce qui est juste, plutôt que ce que permet la loi du plus fort. Ceux qui combattent pour cet avènement auront participé à l’anoblissement moral de cette espèce.
https://ilsera.com/vegane-pour-lait-nul/

Tout le Coran a été écrit dans un temps dépassé

Tout le Coran a été écrit dans un temps dépassé. Il se trouve qu’il a été manipulé plusieurs fois dont la dernière par une personne qui a fait détruire toutes les autres versions pour être bien certaine que seule sa version seraient respectée et selon ses instructions. Par exemple, les soufis estiment que plusieurs versets ont été clairement ajoutés, d’autres effacés et que l’ordre de priorité de lecture a été remanié. Enfin, le Coran a été conçu pour n’avoir aucune interprétation et pouvoir être lu par quiconque sans se casser la tête. C écrit noir sur blanc. Il n’y a pas de niveau de lecture au second degré
Enfin on dit partout que Muhammad était illettré et on a découvert récemment que c faux.
Plusieurs éléments sont donc en faveur d’un récit complètement construit par l’humain, falsifié et mythifié pour en conditionner d’autres à en faire leur livre de chevet.
Ainsi le texte actuel est le résultat d’une technique de manipulation connue et pratiquée par les sectes de tout acabit. Des versets qui disent tout et son contraire pour semer le doute et embrouiller un intellect qui par nature cherche à organiser la cohérence de l’ensemble, ce qui permet au fur et à mesure des lectures de sollicitations aux ambiguïtés complexes de prendre le contrôle des adeptes.